Musée de l'Elysée 
25.10.2017 - 07.01.2018

Gus Van Sant

L’exposition «Gus Van Sant » propose une rétrospective inédite en Suisse autour des films et des œuvres plastiques du cinéaste américain. 

Partager 
Alicia Miles and John Robinson in Elephant by Gus Van Sant, 2003 © HBO Anonyme © HBO

 Page du Musée

Infos Pratiques

Véritable déambulation pluridisciplinaire, l'exposition s’articule en cinq sections qui explorent une composante de la force créatrice de Gus Van Sant et dresse les contours d’un univers foisonnant et impertinent.

Cinepark offre une plongée dans le cinéma de Gus Van Sant, véritable plaque sensible de ce temps de l’Histoire américaine postmoderne. Tête de proue du renouveau du cinéma dit «indépendant », Van Sant est l’instigateur d’une liberté artistique qui irradie depuis les marges. Avec sa filmographie hétérogène, il nous oblige à repenser ce qu’est un auteur de cinéma.

Photography regroupe une sélection encore inconnue du grand public des Polaroïds réalisés par Gus Van Sant lors des castings de ses premiers films. Défilent sous son objectif des centaines d’acteurs, d’écrivains et d’anonymes. Même après avoir abandonné son Polaroïd à la fin des années 1990, le cinéaste continue la photographie, en réalisant notamment des reportages pour magazines de mode ou pour groupes de rock.

Constellations évoque quant à elle les filiations artistiques de Gus Van Sant, de l’omniprésence de sa ville d’adoption, Portland, aux figures tutélaires qui marquent son esthétique – l’influence, entre autres, de la Beat Generation et de l’écrivain américain William S. Burroughs. 

Music dit l’intérêt de Van Sant pour la musique de cinéma, qu’il envisage comme un langage à part entière. On y retrouvera des B.O. spécialement conçues pour ses films, des créations originales de Van Sant lui-même, ainsi qu’une sélection de clips qu’il a réalisés notamment pour David Bowie, les Red Hot Chili Peppers ou les Hanson.

Des peintures et des dessins, Gus Van Sant en a fait à divers moments de sa vie. Certains collages datent des années 1970, tandis que sa série de grandes aquarelles exposées à la galerie Gagosian de Los Angeles date de 2011. Réunies en dernier lieu dans la section Painting, elles offrent un complément inattendu à l’univers artistique très éclectique de Gus Van Sant