Cinémathèque suisse

Arts Cinéma Histoire

La Cinémathèque suisse propose des projections quotidiennes de films du patrimoine et avant-premières en présence de cinéastes au Casino de Montbenon et au cinéma Capitole (construit en 1928).

Ayant pour mission de préserver le patrimoine cinématographique, de le restaurer et de le mettre en valeur, la Cinémathèque suisse est aujourd’hui l’une des dix plus importantes archives du film du monde par l’étendue de ses collections (85’000 titres de films, 3 millions de photographies, 1 million d’affiches et de nombreux autres documents...). Elle propose plus de 1000 projections publiques par année, dont plusieurs en présence de réalisateurs, d’acteurs ou de professionnels du cinéma.

Fondée en 1948, la Cinémathèque suisse conserve des films de fiction et des documentaires de toute provenance, ainsi que des milliers d’heures de documents filmés en tous genres. L’institution collectionne aussi des affiches, photos, scénarios, dossiers documentaires et des appareils anciens dans son Centre de recherche et d'archivage de Penthaz. Elle est la seule institution nationale qui recueille et préserve l’essentiel de la production audiovisuelle suisse. Ce patrimoine constitue un trésor inestimable: la mémoire collective de ce pays.

L’institution organise des cycles thématiques, des rétrospectives, des hommages à des cinéastes et des soirées-événements, souvent en présence des personnalités qui ont fait et font l’histoire du cinéma. Les projections ont lieu à Lausanne, au Casino de Montbenon, et au cinéma Capitole lors des événements majeurs.

Actuellement

Prochainement

Evénements

Projection
15:00

Faster, Pussycat! Kill! Kill!

De La 1ère à la Cinémathèque: Travelling
De La 1ère à la Cinémathèque: Travelling De Russ Meyer. Avec Tura Satana, Haji ., Lori Williams.

Projeté dans le cycle « POP ! » (p. 27). Copie restaurée numérique.

Trois go-go danseuses déchaînées foncent au volant de leur voiture de course. En chemin, elles croisent un couple à qui elles font passer un mauvais quart d’heure. S’ensuit une furieuse cavale à travers le désert... Un fleuron du cinéma d’exploitation des années 1960 qui, au-delà de sa violence assumée, a contribué à l’émergence de figures féminines fortes au sein du film d’action, que l’on retrouve notamment chez John Waters ou Quentin Tarantino. «Soigné sur la forme, autant pour la technique que l’interprétation de ses actrices, subversif et précurseur sur le fond (...). On est là en face d’un film avant-gardiste, de ceux qui ont fait bouger les lignes (...), mais aussi d’un objet d’art qui a marqué de son empreinte tout un pan de la contre-culture» (Nicolas Cambon, www.onrembobine.fr).

USA · 1965 · 83' · v.o. s-t fr. - format: DC
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
18:30

A History of Violence

Hommage à William Hurt
Hommage à William Hurt De David Cronenberg. Avec Viggo Mortensen, Maria Bello, Ed Harris.

Lors d’un braquage, Tom Stall abat deux malfrats qui menaçaient les employés et les clients de son restaurant. Il est acclamé en héros. Bientôt, des individus débarquent de Philadelphie, persuadés d’avoir reconnu en Tom celui avec lequel ils avaient eu de violents démêlés par le passé... «Pas de manipulation par la mise en scène, pas d'explosion esthète ou maniériste, pas de second degré. Juste une touche d'ironie finale qui empêche le film d'être tout à fait sordide. (...) David Cronenberg ne fait pas semblant. Les quatre coins de l'écran de ce film si carré forment les angles du problème posé: la violence est ‹in›, jamais fantasmatique ni hors champ. La violence est réelle, contagieuse, c'est une graine qui ne pousse que sous l'œil de la caméra, qui est aussi le nôtre» (Olivier Séguret et Philippe Azoury, Libération, 2005).

USA, Allemagne, Canada · 2005 · 96' · v.o. s-t fr./all. - format: 35mm
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
21:00

Alexandrie… pourquoi?

Pour une histoire permanente du cinéma: 1978 (suite et fin) et 1979
Pour une histoire permanente du cinéma: 1978 (suite et fin) et 1979 De Youssef Chahine. Avec Naglaa Fathi, Ahmed Zaki, Farid Shawqi.

En 1942, alors que la bataille d'El-Alamein gronde, un lycéen féru de films hollywoodiens monte un spectacle avec ses camarades... Un souffle romanesque imprègne ce récit dans lequel le cinéaste évoque son parcours jusqu’à la Pasadena Playhouse, une école de cinéma californienne. «C'est un film où l'histoire est constamment présente, où l'Egypte du temps des Anglais et de la royauté en déclin vit à côté d'une guerre de grandes puissances qui ne la concerne pas, se défie du nationalisme exacerbé (...). A travers cette histoire émouvante et parfois drôle de l'adolescent qu'il fut, Youssef Chahine rejette tous les pouvoirs responsables de l'intolérance, défend la liberté des peuples et des individus, et tire du passé – sans aucun didactisme – des leçons pour le présent» (Jacques Siclier, Le Monde, 1980).

Égypte, Algérie · 1979 · 132' · v.o. s-t fr. - format: 35mm
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
15:00

Alexandrie… pourquoi?

Pour une histoire permanente du cinéma: 1978 (suite et fin) et 1979
Pour une histoire permanente du cinéma: 1978 (suite et fin) et 1979 De Youssef Chahine. Avec Naglaa Fathi, Ahmed Zaki, Farid Shawqi.

En 1942, alors que la bataille d'El-Alamein gronde, un lycéen féru de films hollywoodiens monte un spectacle avec ses camarades... Un souffle romanesque imprègne ce récit dans lequel le cinéaste évoque son parcours jusqu’à la Pasadena Playhouse, une école de cinéma californienne. «C'est un film où l'histoire est constamment présente, où l'Egypte du temps des Anglais et de la royauté en déclin vit à côté d'une guerre de grandes puissances qui ne la concerne pas, se défie du nationalisme exacerbé (...). A travers cette histoire émouvante et parfois drôle de l'adolescent qu'il fut, Youssef Chahine rejette tous les pouvoirs responsables de l'intolérance, défend la liberté des peuples et des individus, et tire du passé – sans aucun didactisme – des leçons pour le présent» (Jacques Siclier, Le Monde, 1980).

Égypte, Algérie · 1979 · 132' · v.o. s-t fr. - format: 35mm
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
18:30

Dom Juan ou Le Festin de pierre

Le Molière imaginaire: du théâtre au cinéma
Le Molière imaginaire: du théâtre au cinéma De Marcel Bluwal. Avec Michel Piccoli, Claude Brasseur, Anouk Ferjak.

Une adaptation pour la télévision de la célèbre pièce de Molière, avec Michel Piccoli en antihéros séducteur. «Par son ambition, l’aventure se révèle aussi passionnante que risquée. Afin de rendre accessible la pièce à des téléspectateurs qui, pour la plupart, ne l’ont jamais vue, ni même jamais lue, le metteur en scène choisit de la rendre intemporelle. Il coupe des mots disparus des dictionnaires depuis des décennies, et propose aux acteurs de renoncer à la perruque traditionnelle. (...) Il demande à la costumière de créer des tenues plus proches des romantiques du
XIXe siècle que de celles de la Cour, au temps de Louis XIV. Il précise, à son équipe, que ces évolutions n’empêcheront pas l’ensemble de demeurer conforme à l’esprit de l’auteur» (Jacques Pessis, Le Figaro, 2020).

France, Belgique, Canada · 1965 · 106' - format: EC
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
21:00

Lisztomania

POP! (partie 1)
POP! (partie 1) De Ken Russell. Avec Roger Daltrey, Sara Kestelman, Paul Nicholas.

Adulé par une horde d’admiratrices, le pianiste Franz Liszt se fait vampiriser par Richard Wagner, un artiste mû par une idéologie fasciste, qui entend bien lui voler ses idées et sa fille Cosima... Inventeur et provocateur de génie, rompu au genre du film biographique, Ken Russell fantasme avec une infinie démesure les relations ambiguës des deux compositeurs. «On sait à quel point sa théorie des influences wagnériennes sur le nazisme peut être sujette à caution (...). Mais quelles que soient les prétentions de Ken Russell, on ne peut manquer d’admirer son sens de l’image, et sa virtuosité (...). Œuvre bouillonnante d’idées et d’inventions, Lisztomania vise au renouvellement de la comédie musicale traditionnelle dont il reprend les thèmes en les travestissant» (Christian Zeender, Journal de Genève, 1976).

Royaume-Uni · 1975 · 104' · v.o. s-t fr./all. - format: 35mm
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
15:00

Le Tartuffe

Le Molière imaginaire: du théâtre au cinéma
Le Molière imaginaire: du théâtre au cinéma De Gérard Depardieu. Avec Gérard Depardieu, François Perier, Elisabeth Depardieu.

Copie restaurée numérique

Le faux dévot Tartuffe est accueilli dans la demeure du bourgeois Orgon, victime de ses stratagèmes. Si ses proches le mettent en garde contre cet individu malveillant, le maître de maison reste dupe, au point de déshériter sa famille au profit de l’escroc... Gérard Depardieu prête ses traits au person- nage de Tartuffe et le rend particulièrement charismatique, comme pour expliquer ainsi la fascination qu’il exerce sur Orgon: «Très beau, très lumineux, hésitant entre l’ange céleste et la fille de joie, ce Tartuffe-Depardieu, en caraco de princesse, est bien sûr irrésistible, physiquement, et à coup sûr, c’est Depardieu lui-même qui a choisi ce maquillage, c’est comme ça qu’il imagine l’acteur de théâtre, le monstre sacré, sa distanciation» (Michel Cournot, Le Monde, 1984).

France · 1984 · 140' - format: DC
@Paderewski ( PAD ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
18:30

A Hard Day's Night

POP! (partie 1)
POP! (partie 1) De Richard Lester. Avec John Lennon, Paul McCartney, George Harrison, Ringo Starr, Wilfred Brambell.

Copie restaurée numérique

Alors que la Beatlemania fait rage en Angleterre, John, Paul, George et Ringo sont attendus à Londres pour jouer dans une émission de télévision. Pour arriver aux studios, ils vont devoir affronter tout un tas d’obstacles: l'hystérie collective de leurs fans, le grand-père de Paul qui aime semer la zizanie et leur manager Norm qui tient à ce que les Beatles lui obéissent au doigt et à l’œil. Mais ces derniers ne l’entendent pas de la même manière... A Hard Day’s Night distille douze chansons et des séquences imprégnées d’un humour absurde et galopant qui se joue du spectateur et se plaît à le perdre. Tourné sur le mode du reportage-fiction, le film s’emploie à démythifier les quatre garçons tout en proposant une comédie déjantée. «Une version BD de ce qui se passait en réalité» racontera plus tard John Lennon.

Royaume-Uni · 1964 · 88' · v.o. s-t fr. - format: DC
@Cinématographe ( CIN ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse

Projection
20:30

Woman at War

Au revoir Chantal Prod’Hom
Au revoir Chantal Prod’Hom De Benedikt Erlingsson. Avec Halldóra Geirharðsdóttir, Jóhann Sigurðarson, Juan Camillo Roman Estrada.

Alors qu’elle s’apprête à adopter une petite fille ukrainienne après des années de procédure, Halla, une militante écologiste, entre en guerre contre l’industrie de l’aluminium qui défigure les Hautes Terres islandaises... Dans la veine joyeusement décalée qui caractérise son cinéma, Benedikt Erlingsson réussit une redoutable fable écoterroriste portée par une super-héroïne à nulle autre pareille. «Pas question de tourner en dérision ce personnage, et encore moins ses revendications (...). Plus subversif que prévu, le film embrasse ainsi pleinement la cause de son héroïne, là où la défense de l’environnement aurait pu être simple prétexte à une pochade inoffensive. Woman at War est au contraire une vraie comédie politique»(Mathieu Loewer, Le Courrier, 2018).

Islande, France, Ukraine · 2018 · 101' · v.o. s-t fr./all. - format: DC
@Paderewski ( PAD ) - prix indicatif: 10.-

Cinémathèque suisse